CONCLUSION PARTIELLE

Comme nous venons de le voir, d’une part 15% de l'énergie consommée par une automobile est utilisée pour vaincre la résistance aérodynamique à l'avancement, et d’autre part la résistance aérodynamique est prépondérante sur les autres résistances à l'avancement, c'est dire tout l'intérêt qu'il y a lieu d'accorder à la géométrie de l'automobile pour répondre au mieux aux défis de demain, en particulier en termes de sobriété et de maîtrise de l'impact environnemental. D'ailleurs les constructeurs ne s'y sont pas trompés, les essais en soufflerie et le recours à des "modèles informatiques" sont devenus incontournables, ces derniers permettant d'obtenir à moindre coût des résultats probants concernant l'écoulement de l'air.

 

TPE 2010\2011

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site